Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Sécularisation de l’islam en Turquie

Numéro 1 Janvier 2009 par Ural Manço

janvier 2009

L’is­lam joue un rôle majeur dans la pré­sence du reli­gieux en notre monde. Ce rôle inquiète, puis­qu’en Occi­dent, dans le reste du monde, et même chez beau­coup, au sein des socié­tés musul­manes, une iden­ti­té isla­mique forte rime avec pas­séisme, into­lé­rance et vio­lence. Une ten­dance forte isla­mique consis­tant à expli­quer les socié­tés musul­manes par l’is­lam, contri­bue à légi­ti­mer une vision du monde qui consacre l’in­dé­pas­sable oppo­si­tion entre l’Oc­ci­dent civi­li­sé et l’O­rient isla­mique, pen­sé comme repous­soir. Les socié­tés musul­manes y appa­raissent comme mono­li­thiques, ancrées dans leurs tra­di­tions immuables, dépour­vues de ratio­na­li­té et inca­pables d’ac­cé­der au niveau de déve­lop­pe­ment éco­no­mique et social enre­gis­tré par le monde occi­den­tal. Les enti­tés sociales musul­manes paraissent subir les struc­tures poli­tiques anhis­to­riques basées sur la reli­gion. Cette vision binaire octroie aux musul­mans une alté­ri­té irré­duc­tible face à l’in­di­vi­du occi­den­tal for­cé­ment moderne, c’est-à-dire ration­nel et sécu­la­ri­sé ou éman­ci­pé des tra­di­tions reli­gieuses. Une telle approche ne peut satis­faire une com­pré­hen­sion contem­po­raine des pra­tiques sociales musul­manes, mar­quées en Tur­quie par l’ap­pa­ri­tion d’une bour­geoi­sie musul­mane sécularisée.