Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

La sécurité sociale et la crise sanitaire

Abo Numéro 4 – 2022 - Covid-19 crise Sécurité sociale par Pierre Reman

juin 2022

La sécu­ri­té sociale a fêté ses sep­tante-cinq ans en 2020. Et comme dans toutes les fêtes d’anniversaire, on s’était apprê­té à se remé­mo­rer les années pas­sées, les avan­cées, reculs et conflits qui les ont tra­ver­sées, à congra­tu­ler les acteurs qui ont accom­pa­gné, diri­gé et fait vivre l’institution, à célé­brer les valeurs pro­mues par la sep­tua­gé­naire et enfin à débattre et dis­cu­ter des nou­velles idées et uto­pies pour les années à venir. La fête a été gâchée, une méchante pan­dé­mie s’étant impo­sée par­mi les invi­tés. Avec du recul, cette intru­sion fut un test de per­ti­nence de la sécu­ri­té sociale en situa­tion de crise. De façon évi­dente, la sécu­ri­té sociale en adap­tant légè­re­ment les dis­po­si­tifs qui étaient les siens a contri­bué à réduire de façon sub­stan­tielle les effets néga­tifs de la Covid sur les reve­nus de la plu­part des ménages et sur les chiffres glo­baux de la pau­vre­té et des inéga­li­tés sociales. Cepen­dant der­rière les chiffres glo­baux cal­cu­lés par les ser­vices de l’administration ou de la Banque natio­nale, appa­raissent des signes inquié­tants de décro­chage déjà pré­sents avant la crise sani­taire et plus mani­festes encore aujourd’hui.

Articles

La sécu­ri­té sociale a fêté ses sep­tante-cinq ans en 2020. Et comme dans toutes les fêtes d’anniversaire, on s’était apprê­té à se remé­mo­rer les années pas­sées, les avan­cées, reculs et conflits qui les ont tra­ver­sées, à congra­tu­ler les acteurs qui ont accom­pa­gné, diri­gé et fait vivre l’institution, à célé­brer les valeurs pro­mues par la sep­tua­gé­naire et enfin à débattre et dis­cu­ter des nou­velles idées et uto­pies pour les années à venir. La fête a été gâchée, une méchante pan­dé­mie s’étant impo­sée par­mi les invi­tés. Avec du recul, cette intru­sion fut un test de per­ti­nence de la sécu­ri­té sociale en situa­tion de crise. De façon évi­dente, la sécu­ri­té sociale en adap­tant légè­re­ment les dis­po­si­tifs qui étaient les siens a contri­bué à réduire de façon sub­stan­tielle les effets néga­tifs de la Covid sur les reve­nus de la plu­part des ménages et sur les chiffres glo­baux de la pau­vre­té et des inéga­li­tés sociales. Cepen­dant der­rière les chiffres glo­baux cal­cu­lés par les ser­vices de l’administration ou de la Banque natio­nale, appa­raissent des signes inquié­tants de décro­chage déjà pré­sents avant la crise sani­taire et plus mani­festes encore aujourd’hui.

La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Pierre Reman


Auteur

Pierre Reman est économiste et licencié en sciences du Travail. Il a été directeur de la faculté ouverte de politique économique et sociale et titulaire de la Chaire Max Bastin à l’UCL. Il a consacré son enseignement et ses travaux de recherche à la sécurité sociale, les politiques sociales et les politiques de l’emploi. Il est également administrateur au CRISP et membre du Groupe d’analyse des conflits sociaux (GRACOS). Parmi ces récentes publications, citons « La sécurité sociale inachevée », entretien avec Philippe Defeyt, Daniel Dumont et François Perl, Revue Politique, octobre 2020, « L’Avenir, un journal au futur suspendu », in Grèves et conflictualités sociale en 2018, Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 2024-2025, 1999 (en collaboration avec Gérard Lambert), « Le paysage syndical : un pluralisme dépilarisé », in Piliers, dépilarisation et clivage philosophique en Belgique, CRISP, 2019 (en collaboration avec Jean Faniel). « Entre construction et déconstruction de l’Etat social : la place de l’aide alimentaire », in Aide alimentaire : les protections sociales en jeu, Académia, 2017 (en collaboration avec Philippe Defeyt) et « Analyse scientifique et jugement de valeurs. Une expérience singulière de partenariat entre le monde universitaire et le monde ouvrier », in Former des adultes à l’université, Presse universitaires de Louvain, 2017 en collaboration avec Pierre de Saint-Georges et Georges Liénard).