Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Familles, quartiers et conduites à risques des jeunes

Numéro 10 Octobre 2002 par Pascale Jamoulle

janvier 2009

Quel est le sens des prises de risques déme­su­rées qui tra­versent les
familles ? Addic­tions, vio­lences, micro­tra­fics, auto­mu­ti­la­tions, tentatives
de sui­cide… sont autant de ques­tions posées aux adultes et
à la socié­té. « Celui qui n’est pas pas­sé par là ne peut pas comprendre
 », disent sou­vent les familles éprou­vées par les comportements
des­truc­teurs ou auto­des­truc­teurs d’un des leurs : « On est
atteint, le sens de la vie est atteint. » Cette enquête de ter­rain en
milieu popu­laire explore leurs vécus intimes et col­lec­tifs. Parents,
fra­tries et proches racontent la vie quo­ti­dienne dans deux quartiers
aban­don­nés par l’É­tat et l’é­co­no­mie mon­dia­li­sée, où sont rassemblées
des per­sonnes qui cumulent les dif­fi­cul­tés. Le conflit est
au coeur des rela­tions fami­liales, sociales, socioé­co­no­miques et
judi­ciaires. Les ges­tuelles à risques de la jeu­nesse sont autant de
ten­ta­tives d’a­dap­ta­tion aux trans­for­ma­tions contem­po­raines des
lieux de vie des jeunes (vie domes­tique, socia­bi­li­tés de quartier,
milieu sco­laire). Elles appa­raissent à la croi­sée d’une his­toire familiale
et d’un pro­ces­sus de socia­li­sa­tion par­ti­cu­liers. Sous la pression
des crises qu’elles tra­versent, des familles « se débrouillent », sortent
du mutisme et de l’i­so­le­ment. Elles font preuve d’ingéniosité
pour faire évo­luer leurs situa­tions. Leurs recherches, et la densité
de leur expé­rience, per­mettent d’ap­pro­cher ces « tra­ver­sées » et
éclairent les pra­tiques et poli­tiques d’aide adaptées.