Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Enseignement, liberté et démocratie

Numéro 10 Octobre 1998 - Enseignement-enfance par Sylvie Kwaschin

septembre 2008

La thèse d’Al­bert Bas­te­nier sur la liber­té de l’en­sei­gne­ment implique trois ques­tions : celle des rap­ports entre socié­té civile et État, celle du rôle des convic­tions dans une démo­cra­tie et celle des rap­ports entre ratio­na­li­té des savoirs et convic­tions. Les réponses qui y sont don­nées sont dis­cu­tables. Par contraste, une argu­men­ta­tion dif­fé­rente amène à plai­der pour un appro­fon­dis­se­ment de la concep­tion de l’É­tat démo­cra­tique, à dis­tin­guer entre valeurs et normes et à lier savoirs et juge­ment dans une ratio­na­li­té pra­tique élar­gie. Cette triple remise en ques­tion conduit à sou­te­nir la pers­pec­tive d’un réseau plu­ra­liste. Ce plu­ra­lisme s’en­tend tant dans le chef des élèves et des ensei­gnants que pour la com­po­si­tion des pou­voirs orga­ni­sa­teurs. Il s’a­git de réa­li­ser les condi­tions d’ap­pren­tis­sage d’une action inten­tion­nelle et coopé­ra­tive dans les dif­fé­rents domaines de la société.