Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Canan Kir : la femme ou le signe ?

Numéro 10 Octobre 2012 par

octobre 2012

La saga du fou­lard compte presque autant d’épisodes que les aven­tures de Mar­tine. « Le fou­lard à l’école », « le fou­lard dans l’administration », « le fou­lard aux jeux olym­piques », « le fou­lard dans la rue », etc. Elle prend place dans un contexte où de mul­tiples aspects d’un mode de vie sup­po­sé « musul­man » se trouvent mis en cause au nom des […]

La saga du fou­lard compte presque autant d’épisodes que les aven­tures de Mar­tine. « Le fou­lard à l’école », « le fou­lard dans l’administration », « le fou­lard aux jeux olym­piques », « le fou­lard dans la rue », etc. Elle prend place dans un contexte où de mul­tiples aspects d’un mode de vie sup­po­sé « musul­man » se trouvent mis en cause au nom des prin­cipes les plus divers1.

Les élec­tions com­mu­nales exa­cerbent bien enten­du ce genre de débat. Récem­ment, il reprit vigueur à pro­pos de la pré­sence en troi­sième posi­tion sur la liste élec­to­rale « Les Bleus de Saint-Josse » d’une femme d’origine turque : Canan Kir, cou­sine d’Emir, lui-même édile régio­nal socia­liste et troi­sième can­di­dat sur la liste du PS… à Saint-Josse. Au-delà de la cocas­se­rie de cet affron­te­ment fami­lial sur le ter­ri­toire de la plus petite com­mune bruxel­loise et après la conster­na­tion pro­vo­quée par le conte­nu de la cap­sule vidéo cen­sée pro­mou­voir la can­di­date, s’est vite posée la ques­tion que tout le monde atten­dait, la ques­tion cru­ciale, la ques­tion cen­trale : celle du pro­jet poli­tique de la port du voile par la précitée.

La ques­tion ne se serait pas posée si la can­di­date ne s’était pas pré­sen­tée sur une liste libé­rale. Sur une liste du CDH, par exemple, l’évènement n’en eût pas été un. La liste est libé­rale, certes, mais pas MR pour autant, et ce bien que menée par Geof­froy Cler­ckx, MR, 39e sur la liste de ce par­ti aux der­nières régio­nales. Notons au pas­sage l’absence d’une liste MR « canal his­to­rique » à Saint-Josse. Les Bleus de Saint-Josse appa­raissent donc comme une spin off du MR sans être une éma­na­tion directe de cette for­ma­tion poli­tique. La dis­tinc­tion est d’importance. La can­di­date libé­rale Kir n’est par ailleurs pas membre du MR à titre personnel.

Le scan­dale fut donc cau­sé par son port du voile, ce dont elle s’explique dans la vidéo, disant qu’il fait par­tie d’elle et qu’elle n’y renon­ce­ra pas. Cepen­dant, elle se serait enga­gée à l’ôter si elle était élue au conseil com­mu­nal. Inter­pe­lé à ce sujet, Didier Reyn­ders réagit très fer­me­ment : Madame Kir n’était pas can­di­date sur une liste MR, n’était pas membre du par­ti et il n’était pas ques­tion « qu’elle puisse entrer au MR si elle [devait] adop­ter ce com­por­te­ment2 ».

À la suite de quoi la vidéo dis­pa­rut de l’Internet3 et des sites d’information. Les Bleus de Saint-Josse n’ont visi­ble­ment pas de site inter­net. Silence radio4.

Ouverture ?

Par le pas­sé, le MR a lar­ge­ment fus­ti­gé le com­por­te­ment de ses concur­rents qui accueillaient sur leurs listes des can­di­dates voi­lées, voire les fai­saient élire. Ils poin­tèrent notam­ment du doigt des per­sonnes comme Mahi­nur Özde­mir, CDH, pre­mière dépu­tée à sié­ger voi­lée (au Par­le­ment bruxel­lois)5.

Cause ou effet, le MR attire peu le vote des popu­la­tions d’origine étran­gère6 et s’est dis­tin­gué par sa dif­fi­cul­té à inté­grer à ses listes des per­sonnes issues de l’immigration7. Aux com­mu­nales, où votent des élec­teurs non belges, la ques­tion est par­ti­cu­liè­re­ment cru­ciale8. Dans une Bruxelles par­ti­cu­liè­re­ment mul­ti­cul­tu­relle, le pro­blème est encore plus pré­oc­cu­pant. À Saint-Josse, par exemple.

Est-ce la volon­té de trou­ver une parade qui per­mette de ména­ger la chèvre « pas de voile sur les listes MR » et le chou « pui­sons dans le réser­voir des voix d’origine étran­gère », tou­jours est-il que vit le jour, à Saint-Josse, une liste « Bleus de Saint-Josse », regrou­pant des membres du MR et de nom­breux « can­di­dats d’ouverture », au rang des­quels, Mme Kir et bien d’autres per­sonnes ori­gi­naires de pays étran­gers9. On peine à ima­gi­ner que les plus hautes auto­ri­tés aient pu tout igno­rer de la manœuvre et de l’identité de la troi­sième per­sonne figu­rant sur la liste.

Voile ?

Sur cette liste, par­mi des per­sonnes dont les patro­nymes évoquent la Pologne, la Rus­sie, l’Amérique latine, l’Afrique sub­sa­ha­rienne ou le Magh­reb, la seule qui semble avoir posé pro­blème est donc une femme d’origine turque. Parce qu’elle porte un voile.

Deux points semblent pro­blé­ma­tiques aux yeux du MR. Le pre­mier est la pré­sence sur une liste élec­to­rale libé­rale d’une can­di­date revê­tue d’un voile. Ain­si, il n’y en a pas sur les listes MR. Heu­reu­se­ment, les Bleus de Saint-Josse n’ont rien à voir avec le MR. Ou si peu.

Il semble ensuite que, non seule­ment on ne puisse faire de poli­tique en cachant ses che­veux, mais que, de sur­croit, il ne soit pos­sible de deve­nir membre du MR en ayant « de tels com­por­te­ments ». Est-ce à dire que le MR pro­fesse un athéisme abso­lu ? Qu’il ne s’oppose qu’à cer­taines reli­gions ? Qu’à cer­taines héré­sies (cou­rants doc­tri­naux)? Qu’il pos­sède, en interne, des ins­ti­tu­tions sus­cep­tibles d’émettre une fat­wa (avis juri­dique) quant à la com­pa­ti­bi­li­té de cer­taines pra­tiques reli­gieuses avec l’idéologie libé­rale ? Qu’il a, dans des textes, éta­bli des limites claires en la matière ?

Sur la base de ces deux élé­ments et de l’expérience de « l’affaire Kir », faut-il com­prendre que, en 2018, le MR pré­sen­te­ra des listes propres dans toutes les com­munes, pour ne pas être soup­çon­né d’avoir fait élire une tête de liste MR avec le sou­tien de per­sonnes ayant des com­por­te­ments incom­pa­tibles avec la digni­té de membre du par­ti ? Dans le cas contraire, il fau­drait conclure que la situa­tion des Bleus de Saint-Josse lui convient assez bien. Faut-il en outre s’attendre à ce que les membres voi­lées du MR en soient exclues ? En sup­po­sant qu’il y en ait.

Signes convictionnels ?

Tout ceci nous mène à nous inter­ro­ger sur le pro­blème du voile et sur le fon­de­ment de sa pro­hi­bi­tion sur les listes MR et dans les rangs de ses mili­tants. Il semble être inter­dit en tant que « signe convic­tion­nel ». Et la ques­tion de se poser comme une évi­dence : le pro­blème est-il à trou­ver dans la convic­tion ou dans le signe de la conviction ?

La convic­tion ? Quelle convic­tion, en fin de compte ? Qu’Allah est le seul Dieu ? D’autres can­di­dats ne font pas mys­tère d’identiques croyances, nul ne songe les en blâ­mer. Qu’Il veut que la femme se couvre la tête ? Bigre, que voi­là une convic­tion gênante ! Qu’il serait impu­dique de se mon­trer tête nue ? J’en connais qui, du fait de sem­blable convic­tion, portent un pos­tiche. On s’inquiète de savoir laquelle de ces hypo­thèses pousse le MR à un tel ostracisme.

Si ce n’est la convic­tion, c’est peut-être son signe. On s’interroge alors sur ce que ce signe-là aurait de par­ti­cu­liè­re­ment pro­blé­ma­tique par rap­port, par exemple, à la claire pro­fes­sion d’une croyance reli­gieuse et à la pra­tique qui en découle ou à d’autres signes d’une convic­tion en matière de bien­séance vestimentaire.

En l’absence de pré­ci­sion, toute convic­tion et tout signe sont sus­pects. Deux hypo­thèses sont dès lors envi­sa­geables. La pre­mière est que « le MR [inter­dit] aux can­di­dats tout signe convic­tion­nel10 » parce que, pour ce par­ti, une cam­pagne élec­to­rale n’est pas une affaire de convic­tions et de débat à leur pro­pos. Cela pour­rait se com­prendre : poten­tiel­le­ment, toute convic­tion est dan­ge­reuse, par exemple parce qu’elle empêche un par­fait oppor­tu­nisme, et, plus encore, son expres­sion, parce que cela pour­rait déplaire à une par­tie de l’électorat11. Dans ce cadre, l’électeur n’est qu’un consom­ma­teur qui cherche à acqué­rir un pro­duit passe-par­tout et non à trou­ver un écho à ses propres posi­tion­ne­ments phi­lo­so­phiques (au sens le plus large) chez son man­da­taire poli­tique. Que toute liste n’accueille pas toute convic­tion est bien enten­du natu­rel, mais il ne semble pas y avoir ici d’exclusive liée à des convic­tions spécifiques.

Sans doute n’est-ce pas la vision la plus noble de la poli­tique. Ni la plus démocratique.

La seconde hypo­thèse est que le signe gênant est la femme voi­lée elle-même, soit en tant que vic­time évi­dente d’une oppres­sion machiste ou sym­bole construit d’un islam into­lé­rant, inin­té­grable à notre mer­veilleux Occi­dent démo­cra­tique, soit en tant qu’indication que de mul­tiples choix de vie sont pos­sibles en dehors des nôtres, ce qui pour­rait nous pous­ser à une réflexion sur les fon­de­ments de nos valeurs uni­ver­sa­listes. Dans les deux cas, il s’agit de réduire la femme qui porte un tis­su au signe que nous choi­sis­sons d’en faire.

Sans doute n’est-ce pas la meilleure manière de faire la preuve de notre convic­tion que les femmes sont des êtres auto­nomes, capables de choix, comme celui du sens qu’elles attachent à leur couvrechef.

Quelle que soit la réponse, ce énième inci­dent por­tant sur l’un des mar­queurs de la reli­gion musul­mane indique, d’une part, l’ambigüité entre­te­nue autour des moda­li­tés d’intégration de la diver­si­té cultu­relle et reli­gieuse à notre socié­té et, d’autre part, la misère intel­lec­tuelle et morale que cache le dis­cours sur le mul­ti­cul­tu­ra­lisme heu­reux dont on nous rabat les oreilles à lon­gueur d’année. Il révèle éga­le­ment com­bien com­bi­ner deux fac­teurs de dis­cri­mi­na­tion rend la vie dif­fi­cile : femme et musul­mane voi­lée ; notre infi­nie ver­tu huma­niste peut peser lourd sur les épaules de certains. 

  1. Nous ne résis­tons pas au plai­sir de ren­voyer le lec­teur vers le site de Hicham Imane, can­di­dat socia­liste à Char­le­roi, qui démonte avec élé­gance le stig­mate de « l’Arabe de service »
  2. Bel­ga, « Reyn­ders : “Pas ques­tion d’accepter Canan Kir au MR”», Lalibre.be, 16 sep­tembre 2012
  3. La page des Bleus de Saint-Josse sur Dai­ly­mo­tion a été ren­due inaccessible.
  4. On trou­ve­ra néan­moins quelques extraits de presse ici
  5. Mme Özde­mir est actuel­le­ment can­di­date aux com­mu­nales, on la ver­ra ici répondre à la sem­pi­ter­nelle ques­tion du port de son voile. « Mahi­nur Özde­mir, can­di­date cdH à Schaer­beek, ne reti­re­ra pas son voile ! », RTL info, 13 septem­bre 2012
  6. Dirk Jacobs et Céline Teney, « Les rhé­to­ri­ciens bruxel­lois issus de l’immigration et leur pre­mier vote. Une ana­lyse des inten­tions de vote 
aux élec­tions fédé­rales de 2007 », Brus­sels Stu­dies, n°24 (30 mars 2009).
  7. Fati­ma Zibouh, « La repré­sen­ta­tion poli­tique des musul­mans à Bruxelles », Brus­sels Stu­dies, n°55 (5 décembre 2011)
  8. Et l’opposition du MR au droit de vote des étran­gers extra­eu­ro­péens aux com­mu­nales signale sans doute le malaise de cette for­ma­tion politique.
  9. Voyez quelques affiches ici
  10. « Reyn­ders : “Pas ques­tion d’accepter Canan Kir au MR”», RTL info, 17 sep­tembre 2012
  11. On note­ra à cet égard que le flou convic­tion­nel (poli­tique) de la can­di­date, mar­qué par le fait qu’elle faillit figu­rer sur une liste N‑VA, ne semble pas avoir fait gran­de­ment débat.