Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

PSC / CVP (Parti social-chrétien — unitaire)

Blog - Lexique politique belgo-néerlandais - Belgique (België) Catholique (parti) CVP KVV (Katholieke Vlaamse Volkspartij) partis politiques PCS (Parti catholique social) PSC Social-chrétien par

décembre 2015

Par­ti social-chré­tien / Chris­te­lijke Volks­par­tij (1945 – 1968)

En 1936, la scis­sion lin­guis­tique de l’UCB (Union catho­lique belge) avait don­né nais­sance à deux par­tis catho­liques auto­nomes : le KVV (Katho­lieke Vlaamse Volks­par­tij) et le PCS (Par­ti catho­lique social). Au Par­le­ment, ces deux par­tis for­maient un groupe par­le­men­taire : le Bloc catho­lique (BC).

En 1945, après avoir fait par­tie du gou­ver­ne­ment belge exi­lé à Londres, le KVV et le PCS se réuni­fient et fondent le PSC/CVP (Par­ti social-chré­tien / Chris­te­lijke Volks­par­tij): un par­ti à nou­veau uni­taire mais orga­ni­sé en deux ailes linguistiques.

De 1945 à 1968, ce par­ti chré­tien-démo­crate (majo­ri­tai­re­ment néer­lan­do­phone) est la pre­mière force poli­tique de Bel­gique. Théo­ri­que­ment uni­taire, il porte néan­moins deux noms dif­fé­rents, selon qu’il s’adresse aux élec­teurs néer­lan­do­phones (CVP : Par­ti popu­laire chré­tien) ou fran­co­phones (PSC : Par­ti social-chré­tien).

En 1968, après la scis­sion vio­lente de l’Université catho­lique de Lou­vain (UCL), le PSC/CVP est le pre­mier par­ti poli­tique belge « tra­di­tion­nel » à se scin­der lin­guis­ti­que­ment en deux for­ma­tions tota­le­ment et défi­ni­ti­ve­ment indé­pen­dantes : le PSC fran­co­phone et le CVP flamand.