Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Ecouter la démence

Blog - Interférences par van Zeebroeck Alix

janvier 2015

Pour sor­tir du cli­ché du malade fou bour­ré de médi­ca­ments ou atta­ché de force, il fal­lait un média pour chan­ger le regard sur la mala­die men­tale. La radio s’est natu­rel­le­ment impo­sée. L’écoute de ces malades nous per­met d’accéder à une sen­si­bi­li­té dif­fé­rence, à des perles de créa­ti­vi­té, entre poé­sie, folie et intel­li­gence par­fois acide. Consi­dé­rer aus­si les […]

Interférences

Pour sor­tir du cli­ché du malade fou bour­ré de médi­ca­ments ou atta­ché de force, il fal­lait un média pour chan­ger le regard sur la mala­die men­tale. La radio s’est natu­rel­le­ment impo­sée. L’écoute de ces malades nous per­met d’accéder à une sen­si­bi­li­té dif­fé­rence, à des perles de créa­ti­vi­té, entre poé­sie, folie et intel­li­gence par­fois acide. Consi­dé­rer aus­si les situa­tions sociales liées à la mala­die ou au han­di­cap est impor­tant. Or trop sou­vent ces malades ne sont enten­dus que par l’intermédiaire des spé­cia­listes et autres experts. Ici, c’est leurs voix, douces ou cas­sées, leurs hési­ta­tions, leurs doutes et leur mélan­co­lie qui nous par­viennent direc­te­ment. Des voix sin­gu­lières mais aus­si un conte­nu, tou­jours intense, qui nous entraine dans un uni­vers trou­blant et trou­blé, fait de par­cours tor­tueux. Plus que tout autre média, la radio crée du lien social et per­met la ren­contre de l’autre, quel qu’il soit.

Radio Citron

Radio Citron a été créée il y a plus de cinq ans, ins­pi­rée du modèle de la radio La Coli­fa­ta (lit­té­ra­le­ment radio doux-dingue), émise en Argen­tine à par­tir des jar­dins de l’hôpital psy­chia­trique de Bue­nos Aires depuis 1991 déjà. Les chro­ni­queurs de Radio Citron souffrent de schi­zo­phré­nie et/ou de psy­chose à des degrés divers. Les émis­sions sont enre­gis­trées en public puis mon­tées et mises en ligne sur leur site et pro­posent des repor­tages, des chro­niques poé­tiques, musi­cales, des débats phi­lo sur la situa­tion sociale des han­di­ca­pés psy­chiques, des billets d’humeur… Un mélange qui en fait pour­tant une radio pas comme les autres puisque l’objectif est bien de séduire le grand public pour chan­ger le regard sur la mala­die et viser la réin­ser­tion psy­cho­so­ciale et citoyenne des souf­frants en valo­ri­sant leurs com­pé­tences, en leur per­met­tant d’exprimer leur créa­ti­vi­té et dès lors de recon­qué­rir de la confiance. Voi­ci une petite sélec­tion d’émissions écou­tées, bala­dez-vous ensuite sur le site de la webradio ! 

rnradiologo-2.gifRadio Citron — La voix de l’autre (20/11/2010 — 8:27) — Lettre à un psy

rnradiologo-2.gifRadio Citron — La voix de l’autre (20/11/2010 — 6:24) — Ren­contre incon­grue chez un psy

rnradiologo-2.gifRadio Citron — L’in­vi­té (29/05/2010) — Poème sur la schi­zo­phré­nie

rnradiologo-2.gifRadio Citron (17/06/2012) — Radio Citron à Bruxelles

Pour en savoir plus :

Arte Radio

La webra­dio des “repor­tages, témoi­gnages et bruits pas sages”, Arte Radio, pro­pose une série de cinq émis­sions sur l’or­di­naire de la folie. Ces entre­tiens bruts, comme de simples retrans­crip­tions sonores, de consul­ta­tions psy­chia­triques de malades schi­zo­phrènes nous per­mettent de peut-être mieux sai­sir les réa­li­tés vécues par ces souf­frants. Grave et amu­sant tout à la fois.

rnradiologo-2.gifArte Radio — Psy­chose (1) (17:11) : Agathe, jeune, sym­pa et schi­zo­phrène, “L’es­prit était dans l’air” Cha­leu­reuse, culti­vée, mar­rante, Agathe a 27 ans et souffre de délires schi­zo­phrènes. Lors de son ren­dez-vous chez le psy, elle raconte les voix dans sa tête, mais aus­si ses lec­tures et sa vie “nor­male”. Agathe nous ressemble.

rnradiologo-2.gifArte Radio — Psy­chose (2) (12:02) : Ber­trand, un schi­zo­phrène chez le psy, “Com­ment ça va, vous ?” Ber­trand vient à son ren­dez-vous chez le psy­cha­na­lyste. Il trouve qu’il fait sombre dans la pièce. Ber­trand est schizophrène.

rnradiologo-2.gifArte Radio — Psy­chose (3) (18:03) : Bru­no chez le psy ou la folie du monde, “J’ai jamais aimé être aimé” Fils d’une mère mania­co-dépres­sive, Bru­no a accu­mu­lé les crises et les galères. A tra­vers son récit chez le psy­cha­na­lyste émerge un pano­ra­ma trou­blant de notre socié­té. L’his­toire de Bru­no est aus­si l’his­toire d’une éco­no­mie libé­rale deve­nue folle.

rnradiologo-2.gifArte Radio — Psy­chose (4) (12:12) : A trois, dia­logues de fous ?, “Malade de chez malade” Face au psy­cha­na­lyste, trois patients schi­zo­phrènes échangent en liber­té sur leur mala­die, dans une joute ver­bale hila­rante et ter­rible. Enu­mé­ra­tions de médi­ca­ments, de psys ren­con­trés ? Un air de Beckett ou de Iones­co pour une scène authen­tique : la folie racon­tée par ceux qui la vivent.

rnradiologo-2.gifArte Radio — Psy­chose (5) (39:53) : Voyage aux urgences psy­chia­triques, “Je suis venu pour oublier” De la salle d’at­tente aux cou­loirs, des infir­miers au psy­chiatre, un ser­vice tente d’en­di­guer les crises ordi­naires. Fil rouge : Rémi, un archi­tecte venu de pro­vince et trou­vé nu dans la rue. Un cas bou­le­ver­sant de “voyage pathologique”.

Atelier de création sonore radiophonique

L’ACSR vise à sen­si­bi­li­ser à la créa­tion sonore radio­pho­nique en Bel­gique fran­co­phone. On trouve sur son site Web des repor­tages et fic­tions qui méritent notre atten­tion. Pour le thème qui nous concerne, je vous recom­mande le témoi­gnage, de Joris, 34 ans et père de famille, qui a été diag­nos­ti­qué schi­zo­phrène. Le trai­te­ment de la réa­li­sa­trice est sen­sible et inté­res­sant : elle ne dis­si­mule pas à ses audi­teurs ses doutes lors de son repor­tage en nous livrant des extraits de l’échange épis­to­laire qu’elle a eu avec Joris. En paral­lèle, les paroles d’un psy­chiatre nous éclairent sur ces abîmes de l’esprit que connaissent les schizophrènes. 

rnradiologo-2.gifACSR — Folie blanche — Fabienne Lau­mo­nier (23:00)

Psylence Radio

Psy­lence Radio est une émis­sion de la radio bruxel­loise Radio Panik. Elle est “axée sur la san­té men­tale et ses liens avec la socié­té. L’idée, avant tout, est de créer un lieu auto­nome, un espace de parole libre, véri­table vivier de dyna­miques citoyennes… Mais aus­si, d’offrir aux usa­gers et ex-usa­gers en san­té men­tale un moyen idéal de pas­ser sans tabou de la « parole pri­vée à la parole publique”. Si le côté ama­teur des ani­ma­teurs de l’émission dérange quelque peu l’écoute, il est mal­gré tout inté­res­sant d’écouter les émis­sions qui mettent en onde la parole de per­sonnes atteintes de troubles men­taux. Par exemple :

rnradiologo-2.gifRadio Panik — Psy­lence Radio — Les mots troubles

A écouter encore…

Une sélec­tion de témoi­gnages directs de malades atteints de troubles psy­chiques, à ré-écou­ter depuis le Net :
rnradiologo-2.gifRadio Cana­da (27/10/2013 — 10:10) — Janie, d’Ak­li Aït-Abdal­lah Récom­pen­sé par le prix du Jour­na­lisme des Radios fran­co­phones publiques en décembre 2014, ce repor­tage est très tou­chant, puisque Akli Aït-Abdal­lah a lais­sé Janie (et ses parents) nous racon­ter son his­toire. “Janie, 22 ans, rési­liente face à la mala­die men­tale. Janie a long­temps souf­fert d’an­xié­té de per­for­mance, de troubles obses­sion­nels com­pul­sifs et d’a­no­rexie sévère qui ont trans­for­mé son enfance et son ado­les­cence en véri­table enfer. Aujourd’­hui, Janie a 22 ans, et elle va mieux. Elle n’est pas com­plè­te­ment gué­rie, non. Mais elle est mieux “outillée” pour faire face à “ses démons”.

rnradiologo-2.gifRadio Schi­zo — (1999 — 18:35) Menée à Liège par l’Asbl Réflexions, l’expérience de Radio Schy­zo n’a pro­duit qu’une émis­sion… dont j’ai trou­vé mal­gré tout un extrait sur le Net. “Le pro­jet a été ini­tié au début de l’année 1999, afin d’assurer une for­ma­tion tech­nique aux patients schi­zo­phrènes can­di­dats. (…) Cette expé­rience a don­né lieu à un film du même nom, réa­li­sé par Karin Ron­dia (…) C’est l’histoire de quelques jeunes atteints de schi­zo­phré­nie, qui pré­parent une émis­sion de radio autour de leur mala­die. Au fil de l’élaboration du pro­jet, ils confient, avec luci­di­té, et sin­cé­ri­té toute la dif­fi­cul­té de vivre avec cette mala­die qui para­site, per­turbe, cham­boule l’esprit autant que les rela­tions sociales.”

rnradiologo-2.gifVivreFM — VivreFM C’est vous ! (08/10/2013 — 36:42) — “J’ai sur­vé­cu à la psy­chia­trie” “La dif­fé­rence contre l’indifférence”, tel est le slo­gan de VivreFM. Cette radio asso­cia­tive s’adresse aux per­sonnes han­di­ca­pées et à tous ceux concer­nés par le han­di­cap et l’exclusion. Elle est com­po­sée de jour­na­listes, d’animateurs et de tech­ni­ciens, valides et han­di­ca­pés. C’est un lieu pré­cieux d’échanges, de dia­logues et d’écoute. A écou­ter pour aller contre les idées reçues. “Inter­née à 16 ans, Chris­telle Rosar a enchaî­né pen­dant vingt ans les hos­pi­ta­li­sa­tions en psy­chia­trie. On l’at­tache, on lui injecte des médi­ca­ments, on la main­tient dans un état végé­ta­tif. Aujourd’­hui affran­chie, elle nous raconte ses luttes pour retrou­ver son auto­no­mie et sa place au sein de la socié­té, dénonce les abus et les failles du sys­tème psy­chia­trique fran­çais, selon elle, par­ti­cu­liè­re­ment violent. Elle milite aujourd’hui à l’association Advo­ca­cy qui défend les usa­gers de la san­té men­tale. Séquence « Un autre regard » : Phi­lippe Cado, pro­fes­seur de fran­çais schi­zo­phrène parle du déni de la mala­die”. Un témoi­gnage qui sidère et interroge.

rnradiologo-2.gifJetFm — Psy­toyens (1:00) — Fille de schi­zo­phrène Sur la radio asso­cia­tive JetFm, cette émis­sion, ani­mée par des membres de Groupes d’Entraide Mutuelle de Nantes, par­tage des expé­riences et des points de vue sur la mala­die et le soin psy­chique, les par­cours de soin et la place qui leur est faite dans la socié­té. “Lor­raine Dey raconte les rap­ports entre son père et la petite fille qu’elle était au moment où il tombe dans la souf­france psy­chique. C’est leur his­toire et la ren­contre de deux être, que la mala­die psy­chique n’a pas éloi­gnée, bien au contraire. Par l’écoute et le dia­logue, avec pug­na­ci­té et per­sé­vé­rance, Lor­raine crée un lien fort, un lien d’amour. Elle rend compte de cette mala­die dans la deuxième par­tie de son livre, en dévoi­lant le jour­nal intime de son père. Ses pen­sées, convic­tions sous le filtre de la schi­zo­phré­nie dont il souf­frait. Enfin, elle évoque de nou­velles méthodes fin­lan­daises, basées non sur les médi­ca­ments et le cer­veau, mais plus sur la prise en compte du patient et de sa parole dans les méandres de sa psy­ché. Une méthode pas ou peu recon­nue, mais extrê­me­ment sérieuse, exer­cée par des pro­fes­sion­nels qua­li­fiés.” Parce que la mala­die n’a pas sépa­ré le père et sa fille, ce témoi­gnage offre un autre regard sur la patho­lo­gie mentale.

van Zeebroeck Alix


Auteur