Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Déjà-vu

Blog - e-Mois - Belgique (België) Société par Michaël Maira

janvier 2015

Il y croit ! Preuve que rien n’est impos­sible en cet été 2014 : les Diables Rouges ont réus­si à se his­ser en quart de finale d’une Coupe du monde. Autre preuve que (ensemble) tout devient pos­sible : une coa­li­tion gou­ver­ne­men­tale arith­mé­ti­que­ment impro­bable s’est for­mée, au niveau fédé­ral. Une coa­li­tion à droite toute, for­mée en moins de 541 jours. Du coup, il […]

e-Mois

Il y croit ! Preuve que rien n’est impos­sible en cet été 2014 : les Diables Rouges ont réus­si à se his­ser en quart de finale d’une Coupe du monde. Autre preuve que (ensemble) tout devient pos­sible : une coa­li­tion gou­ver­ne­men­tale arith­mé­ti­que­ment impro­bable s’est for­mée, au niveau fédé­ral. Une coa­li­tion à droite toute, for­mée en moins de 541 jours.

Du coup, il croit ! En cam­pagne, on lui a pro­mis (la force) du chan­ge­ment. Lors de la for­ma­tion du gou­ver­ne­ment, on lui a annon­cé le chan­ge­ment. Depuis, on lui dit que le chan­ge­ment est en marche. Quel chan­ge­ment ? Pour quoi ? Vers quoi ? Peu importe ! Avec la droite au pou­voir et la gauche dans l’opposition, fini les tabous, fini les conser­va­tismes et fini l’immobilisme. Bref, le chan­ge­ment, c’est maintenant ! 

Alors, il y croit ! Il lit l’accord de gou­ver­ne­ment, écoute les inter­views, découvre les pre­mières mesures. Il reste sans voix face au carac­tère inno­vant d’un saut d’index qui a été mon­naie cou­rante dans les années 1980. Il est souf­flé par la force démiur­gique de cette coa­li­tion qui, comme il y a dix ans, opte pour un allon­ge­ment de la durée des car­rières. Mesure arpen­tant un che­min à ce point ori­gi­nal qu’elle rejoint les orien­ta­tions prises par de nom­breux gou­ver­ne­ments euro­péens ces vingt der­nières années… et dont le suc­cès et l’effectivité sautent chaque jour un peu plus aux yeux. Il est bluf­fé par la créa­ti­vi­té d’une nou­velle coa­li­tion fédé­rale qui, à la recherche de mil­liards pour équi­li­brer les finances publiques (objec­tif inédit, s’il en est!), conti­nue de pré­ser­ver le capi­tal de toute mesure fis­cale d’ambition. Même secrè­te­ment, il n’avait pas osé rêver d’une rup­ture si nette que celle illus­trée par la pro­lon­ga­tion de la durée d’exploitation de vieilles cen­trales nucléaires ban­cales. Rien d’aussi nova­teur n’a jusqu’ici été ima­gi­né pour parer à toute menace de black out et pré­pa­rer la Bel­gique aux défis éner­gé­tiques de demain. Des nou­veau­tés, des rup­tures (pas tran­quilles), il en découvre à la pelle : obli­ger les chô­meurs de rendre des ser­vices à la com­mu­nau­té (tes­tée il y a des années, rapi­de­ment aban­don­née par cer­tains voi­sins euro­péens), éco­no­mi­ser dans la fonc­tion publique (aux menus gou­ver­ne­men­taux aus­si régu­liè­re­ment que les dindes à Noël) ou encore appli­quer la « tolé­rance zéro » (concept sécu­ri­taire nou­veau… depuis les années 1980).

Il y a cru ! Cru à ce chan­ge­ment pos­sible sans ces conser­va­teurs de tout poil exi­geant une meilleure répar­ti­tion du tra­vail et des richesses. Cru à ce bou­le­ver­se­ment coper­ni­cien, dès lors que la coa­li­tion fédé­rale ne bute­rait plus sur les forces immo­bi­listes récla­mant l’innovation poli­tique à même de sur­mon­ter des défis cli­ma­tiques inédits dans l’histoire de l’humanité. Cru à cette rup­ture maintes fois pro­mises et tou­jours entra­vée par les tabous empê­chant la défi­nan­cia­ri­sa­tion de nos économies. 

Aujourd’hui, il voit ! Et il a comme une impres­sion de déjà-vu…

Michaël Maira


Auteur

Membre du comité de rédaction de La Revue nouvelle