Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Contre la dictature démocratique !

Blog - Anathème - complotisme crise mesures sanitaires par Anathème

mars 2022

Comme je l’expliquais dans un pré­cé­dent billet, long­temps, j’ai appe­lé de mes vœux un régime ferme, auto­ri­taire, capable d’imposer à la socié­té des règles strictes et de mener la Nation vers la gran­deur. Bien enten­du, j’aurais fait par­tie de l’élite du Sys­tème et j’aurais pu, avec l’autorité natu­relle qui est la mienne, gui­der les plus faibles […]

Anathème

Comme je l’expliquais dans un pré­cé­dent billet, long­temps, j’ai appe­lé de mes vœux un régime ferme, auto­ri­taire, capable d’imposer à la socié­té des règles strictes et de mener la Nation vers la gran­deur. Bien enten­du, j’aurais fait par­tie de l’élite du Sys­tème et j’aurais pu, avec l’autorité natu­relle qui est la mienne, gui­der les plus faibles et les plus igno­rants sur la juste voie, au besoin par la force.

Cet espoir fut hélas déçu lorsque nous tous qui lut­tions pour ce haut idéal nous fîmes ravir ce pro­jet. Plus encore, nos hautes aspi­ra­tions furent tra­hies, l’emprise accrue de l’État étant uti­li­sée pour pro­té­ger les plus faibles et sau­ver des vies. Que nous res­tait-il ? Je l’avoue, long­temps j’ai erré sans but. Sur Twit­ter et dans les forums de La Der­nière Heure, j’en étais réduit à insul­ter les éco­lo­gistes et les fémi­nistes. Et puis, j’ai com­pris qu’il me fal­lait une fois de plus me révol­ter, refu­ser de me sou­mettre ! La solu­tion était simple, elle était sous mes yeux : j’allais deve­nir un com­bat­tant de la liber­té et de la démo­cra­tie contre la dic­ta­ture sanitaire.

Au début, nous n’étions que quelques-uns, presque timides, à ten­ter quelques argu­ments : on n’avait aucune preuve de l’efficacité des mesures, le port du masque nous for­çait à res­pi­rer notre propre CO2, des mil­liers de jeunes se sui­ci­daient faute de pou­voir sor­tir en boite de nuit, les vac­cins avaient de ter­ribles effets secon­daires, le pou­voir cachait l’efficacité de la chlo­ro­quine, non, de l’hydroxychloroquine, ou plu­tôt de l’ivermectine… Et puis, au fur et à mesure que nous étions rejoints par des natu­ro­pathes-magné­ti­seurs, par des jour­na­listes en rup­ture de ban, par des docu­men­ta­ristes bidouilleurs et par une foule d’anonymes en quête de libé­ra­tion, nous prîmes confiance. À nous les directs en ligne où nous fai­sions état de nos décou­vertes sur la conspi­ra­tion qui nous mena­çait, de nos soup­çons quant à la cen­sure dont nous étions l’objet (seule expli­ca­tion du mépris des médias mains­tream), de nos expli­ca­tions per­son­nelles de la pan­dé­mie et de ses méca­nismes, de nos connais­sances rela­tives à l’effet de la 5G sur l’oxyde de gra­phène pré­sent dans les vaccins.

Et ensuite ? Ensuite nous devînmes de glo­rieux révo­lu­tion­naires, des com­bat­tants de la liber­té conver­geant vers Bruxelles, mani­fes­tant sans aucune pré­cau­tion sani­taire contre la mise en place d’un nazisme médi­cal, arbo­rant des étoiles jaunes, pro­cla­mant que notre vie était en dan­ger, reven­di­quant le droit de faire n’importe quoi en n’importe quelle cir­cons­tance. Si des poli­ciers nous blo­quaient ou nous arrê­taient, nous jubi­lions : vic­times de l’appareil oppres­seur de l’État tota­li­taire, il ne fai­sait plus aucun doute que nous étions les Sol­je­nit­syne du XXIe siècle !

Pas un ins­tant je n’ai regret­té l’époque où je mili­tais, avec les mêmes per­sonnes, pour l’instauration d’un État fort et l’arrêt de l’immigration ! Être accla­mé comme un com­bat­tant de la liber­té, quelle exaltation !

Mais voi­là qu’au moment où nous nous voyions triom­phant de la bête immonde, abo­lis­sant les iniques règles sani­taires ins­tau­rées sous pré­texte de pan­dé­mie (mais visant en fait à nous muse­ler pour tou­jours), fêtant digne­ment notre vic­toire tan­dis que les plus faibles étaient ren­voyés à leur sort natu­rel (mou­rir dans l’indifférence géné­rale), alors que la gloire nous était pro­mise, en une four­be­rie de plus, le Sys­tème déci­dait de sus­pendre les mesures sani­taires. Plus de Covid Safe Ticket, plus de masques, main­tien de la cam­pagne de vac­ci­na­tion sur une base volontaire !

Y a‑t-il dic­ta­ture plus hypo­crite que celle qui renonce à nous asser­vir ? Va-t-il fal­loir que nous repre­nions nos vieilles habi­tudes et que nous dénon­cions la fai­blesse des démo­cra­ties qui, pour com­plaire au peuple, renoncent à prendre les mesures radi­cales que la situa­tion impose et, dès lors, mettent la patrie en péril, l’affaiblissant et l’empêchant d’exprimer son génie propre ? Et qu’allons-nous faire de nos tracts, de nos chaines de vidéos, de nos comptes Twit­ter ano­nymes ? Devrons-nous rendre l’argent que nous avons col­lec­té pour finan­cer notre résis­tance à l’oppression ?

À n’en pas dou­ter, nous fai­sons face à un véri­table com­plot pour nous faire pas­ser pour des imbé­ciles et pour nous pri­ver de nos res­sources ! Il faut nous lever contre cette ten­ta­tive de nous écra­ser, de nous réduire au silence, de nous empê­cher de dire la véri­té ! Résis­tants de tous bords, unis­sons-nous pour lut­ter contre la dic­ta­ture démocratique !

Anathème


Auteur

Autrefois roi des rats, puis citoyen ordinaire du Bosquet Joyeux, Anathème s'est vite lassé de la campagne. Revenu à la ville, il pose aujourd'hui le regard lucide d'un monarque sans royaume sur un Royaume sans… enfin, sur le monde des hommes. Son expérience du pouvoir l'incite à la sympathie pour les dirigeants et les puissants, lesquels ont bien de la peine à maintenir un semblant d'ordre dans ce monde qui va à vau-l'eau.