Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Paysage non gouvernemental : pression technocratique et logique du marché

Abo Numéro 3 – 2019 - aide coopération nord-sud Développement par Laurent Atsou Emmanuel Klimis

avril 2019

La coopé­ra­tion non gou­ver­ne­men­tale au déve­lop­pe­ment a tou­jours été sou­cieuse de son auto­no­mie. Mais l’argumentaire qui invoque la néces­si­té d’adapter le cadre belge aux pres­crits inter­na­tio­naux et qui jus­ti­fie les récentes réformes semble tou­cher ce sec­teur de plein fouet. Un éclair­cis­se­ment de la teneur et des consé­quences de ces réformes est d’autant plus impor­tant que ces acteurs non gou­ver­ne­men­taux, qui sont sans doute les plus connus du public, forment un ensemble diver­si­fié, dont les ONG ne sont qu’une par­tie, impor­tante certes.

Dossier

La coopé­ra­tion non gou­ver­ne­men­tale au déve­lop­pe­ment a tou­jours été sou­cieuse de son auto­no­mie. Mais l’argumentaire qui invoque la néces­si­té d’adapter le cadre belge aux pres­crits inter­na­tio­naux et qui jus­ti­fie les récentes réformes semble tou­cher ce sec­teur de plein fouet. Un éclair­cis­se­ment de la teneur et des consé­quences de ces réformes est d’autant plus impor­tant que ces acteurs non gou­ver­ne­men­taux, qui sont sans doute les plus connus du public, forment un ensemble diver­si­fié, dont les ONG ne sont qu’une par­tie, impor­tante certes.

La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Laurent Atsou


Auteur

gestionnaire de projets à l’Institut de coopération syndicale internationale

Emmanuel Klimis


Auteur