Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Le Monstre du Wokeness

Numéro 2 – 2022 - fiction par Derek Moss

mars 2022

C’est en mar­chant vers mon res­tau­rant favo­ri, Street Wok, que j’ai pris conscience du fait qu’ils sont par­tout. Woke this Way d’Aerosmith, une coïn­ci­dence ? The Woking Dead, un hasard ? Et les Ewokes de Star Wars ? Et George Woker (!) Bush ? Sui­vez mon regard… Alors j’ai déci­dé de mener ma petite enquête à la Élise Lucet. D’abord, […]

Billet d’humeur

C’est en mar­chant vers mon res­tau­rant favo­ri, Street Wok, que j’ai pris conscience du fait qu’ils sont par­tout. Woke this Way d’Aerosmith, une coïn­ci­dence ? The Woking Dead, un hasard ? Et les Ewokes de Star Wars ? Et George Woker (!) Bush ? Sui­vez mon regard… Alors j’ai déci­dé de mener ma petite enquête à la Élise Lucet. D’abord, j’ai consul­té une spi­ri­tiste, Laure Wokier, qui convoque l’esprit de per­sonnes décé­dées. Nous pas­sâmes une soi­rée à dis­cu­ter, via la médium, avec Michel Fou­cault, et ce der­nier, certes un peu échau­dé d’être com­pa­ré à Aeros­mith, m’a confir­mé qu’il n’est abso­lu­ment pas « woke ». Puis, je me suis ren­du chez le Pro­fes­seur Cama­ra, un féti­cheur qui, après avoir sacri­fié un pou­let, me badi­geon­na le visage de sang et me chu­cho­ta à l’oreille : « Ne te lave pas pen­dant sept jours ! Le Woke va te visi­ter bien­tôt…» Enfin, Maï­treyi Sid­dar­tha, une ancienne kiné­si­thé­ra­peute trans­for­mée par sa ren­contre avec le sage Sri Tara­ta­ta au cours d’un voyage sac au dos en Inde, s’est livrée à un mara­thon de prières védiques pour m’aider à fusion­ner avec le Cos­mos et trou­ver le Woke. Plus pro­saï­que­ment, j’ai éga­le­ment sui­vi un cours de cui­sine wok. Faire frire divers ali­ments en même temps, ça sent déjà bien le mul­ti­cul­tu­ra­lisme victimaire !

Les semaines pas­sant, mal­gré les efforts consen­tis et tou­jours pas de woke en vue, je déci­dai de me rendre à la source du phé­no­mène : l’université. Là où tout a com­men­cé. Je débar­quai dans un dépar­te­ment d’informatique et, deman­dant à ren­con­trer un woke, je fus ren­voyé chez les chi­mistes du bâti­ment d’à côté. « Y en a pas ici, peut-être en bio­lo­gie », me lan­ça un labo­ran­tin l’œil rivé sur son micro­scope. Ain­si de suite, j’ai été bal­lo­té des sciences poli­tiques aux poly­tech­ni­ciens, de l’économie à la kiné­si­thé­ra­pie, de la méde­cine aux psy­cho­logues, jusqu’à fina­le­ment échouer dans un audi­toire où offi­ciait un socio­logue. Enfin un woke, me dis-je ! Lui, il a bien l’air d’un racia­liste débou­lon­neur de sta­tues, un pro­pa­gan­diste de l’écriture inclu­sive, un bisou­nours pleur­ni­cheur avec son débar­deur en laine pour­ri, sa barbe de quelques mois et ses lunettes en écailles d’un autre âge. Il uti­lise encore une craie, ça pue le redres­seur de torts colo­niaux ! L’enseignant com­men­ça sa leçon par le mot « weuk ». Je jubi­lai un ins­tant d’avoir enfin tou­ché la créa­ture du doigt, avant de com­prendre qu’il s’agissait de « work » et d’un cours de socio­lo­gie du tra­vail. Je tom­bai aus­si­tôt dans un pro­fond som­meil et fus réveillé par mes propres ronflements.

Bref, cher·e·s lecteur·rice·s, mon enquête se pour­suit. Je suis actuel­le­ment en route vers la petite ville bri­tan­nique de Woking. Affaire à suivre. Ou pas.

Derek Moss


Auteur

anthropologue