Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Histoire mondiale de la Flandre, ouvrage collectif

Abo Numéro 2 – 2021 - Belgique Flandre histoire Histoires mondiales livre par Geneviève Warland

mars 2021

Quel est le lien entre Jacques de Coutre, com­mer­çant d’origine bru­geoise du XVIe siècle tra­vaillant pour l’empire por­tu­gais dans les Indes orien­tales, et les syn­di­cats de consom­ma­teurs (dont Test-Achats) dans la période de la guerre froide ? Quel est le lien entre les Fla­mands défri­chant les terres incultes, et les zones boi­sées du Pays de Galles au XIIe siècle, et Fer­di­nand Pee­ters, gyné­co­logue à l’hôpital de Turn­hout, consi­dé­ré comme le véri­table père de la pilule contra­cep­tive ? Le lien entre ces indi­vi­dus et ces groupes ren­voie à un « ailleurs » : selon la nature de cet « ailleurs », la lit­té­ra­ture théo­rique uti­lise les concepts de média­teur cultu­rel, de trans­fert de savoir ou de pra­tique, mais aus­si de croi­se­ment, d’interconnexion et, pour ins­crire ces phé­no­mènes dans la ten­dance géné­rale dont ils relèvent, de mondialisation.

Un livre

Quel est le lien entre Jacques de Coutre, com­mer­çant d’origine bru­geoise du XVIe siècle tra­vaillant pour l’empire por­tu­gais dans les Indes orien­tales, et les syn­di­cats de consom­ma­teurs (dont Test-Achats) dans la période de la guerre froide ? Quel est le lien entre les Fla­mands défri­chant les terres incultes, et les zones boi­sées du Pays de Galles au XIIe siècle, et Fer­di­nand Pee­ters, gyné­co­logue à l’hôpital de Turn­hout, consi­dé­ré comme le véri­table père de la pilule contra­cep­tive ? Le lien entre ces indi­vi­dus et ces groupes ren­voie à un « ailleurs » : selon la nature de cet « ailleurs », la lit­té­ra­ture théo­rique uti­lise les concepts de média­teur cultu­rel, de trans­fert de savoir ou de pra­tique, mais aus­si de croi­se­ment, d’interconnexion et, pour ins­crire ces phé­no­mènes dans la ten­dance géné­rale dont ils relèvent, de mondialisation.

La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Geneviève Warland


Auteur

Geneviève Warland est historienne, philosophe et philologue de formation, une combinaison un peu insolite mais porteuse quand on veut introduire des concepts en histoire et réfléchir à la manière de l’écrire. De 1991 à 2003, elle a enseigné en Allemagne sous des statuts divers, principalement à l’université : Aix-la-Chapelle, Brême, et aussi, par la suite, Francfort/Main et Paderborn. Cette vie un peu aventurière l’a tout de même ramenée en Belgique où elle a travaillé comme assistante en philosophie à l’USL-B et y a soutenu en 2011 une thèse intégrant une approche historique et une approche philosophique sur les usages publics de l’histoire dans la construction des identités nationales et européennes aux tournants des XXè et XXIè siècles. Depuis 2012, elle est professeure invitée à l’UCLouvain pour différents enseignements en relation avec ses domaines de spécialisation : historiographie, communication scientifique et épistémologie de l’histoire, médiation culturelle des savoirs en histoire. De 2014 à 2018, elle a participé à un projet de recherche Brain.be, à la fois interdisciplinaire et interuniversitaire, sur Reconnaissance et ressentiment : expériences et mémoires de la Grande Guerre en Belgique coordonné par Laurence van Ypersele. Elle en a édité les résultats scientifiques dans un livre paru chez Waxmann en 2018 : Experience and Memory of the First World War in Belgium. Comparative and Interdisciplinary Insights.