Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Du pain, de l’instruction, la liberté. Une trilogie de la crise grecque, suite (et fin?)

Numéro 10 Octobre 2013 par Paul Palsterman

octobre 2013

Le soir du 31 décembre 2013, le com­mis­saire Kostas Cha­ri­tos, de la bri­gade des homi­cides de la sureté de l’Attique, passe en famille le réveillon, autour de la tra­di­tion­nelle galette de saint Basile. Ce réveillon n’est pas tout à fait comme les autres : la fin de l’année 2013 coïn­cide avec la fin de l’euro — ou du moins […]

Le soir du 31 décembre 2013, le com­mis­saire Kostas Cha­ri­tos, de la bri­gade des homi­cides de la sureté de l’Attique, passe en famille le réveillon, autour de la tra­di­tion­nelle galette de saint Basile. Ce réveillon n’est pas tout à fait comme les autres : la fin de l’année 2013 coïn­cide avec la fin de l’euro — ou du moins de la par­ti­ci­pa­tion de la Grèce et des autres pays d’Europe du Sud à la mon­naie « unique ». Les gens voient sans regret par­tir la mon­naie qui a sym­bo­li­sé leur humi­lia­tion face à l’Europe du Nord et éprouvent une cer­taine émo­tion mêlée de ten­dresse pour le retour de la drachme. Ce qui ne veut pas dire que leur situa­tion éco­no­mique va s’améliorer, loin de là. La « nou­velle » drachme s’échange au taux de 500 pour 1 euro, ce qui repré­sente une déva­lua­tion par rap­port à sa valeur en 2003, et n’est que le pré­lude à d’autres déva­lua­tions. Le billet de 1 000 drachmes, qui n’avait été sup­plan­té qu’au cours des der­nières années avant le pas­sage à l’euro par un billet de 10 000 comme uni­té stan­dard dans les dis­tri­bu­teurs de billets, suf­fit désor­mais à peine à ache­ter un pain.

Après les réduc­tions de trai­te­ments, d’allocations sociales et d’autres dépenses qui se sont suc­cé­dé au cours des der­nières années, le gou­ver­ne­ment annonce la sus­pen­sion de tous les paie­ments, y com­pris les trai­te­ments des fonc­tion­naires, pen­dant une durée d’au moins trois mois, avant de démis­sion­ner et de pro­vo­quer de nou­velles élec­tions, ce qui retar­de­ra pro­ba­ble­ment le retour des paie­ments. Le com­mis­saire lui-même se sent prêt à assu­mer trois mois sans trai­te­ment : la cui­sine grecque, sur­tout réa­li­sée par sa femme, se passe faci­le­ment de viande, et même de pois­son frais ; la famille décide de faire table com­mune avec la fille du com­mis­saire, jeune avo­cate débu­tante, et son gendre, méde­cin dans un hôpi­tal public, et donc lui aus­si pri­vé de salaire ; il laisse sans trop de regret au garage la Seat avec direc­tion assis­tée et GPS qu’il a ache­tée il y a quelques mois, à l’occasion du mariage de sa fille, pour rem­pla­cer sa bie­nai­mée Mira­fio­ri de trente ans, et se déplace désor­mais en trans­ports en commun.

Mais ses adjoints ont plus de dif­fi­cul­tés. L’un d’eux, ne pou­vant payer la pen­sion ali­men­taire de ses enfants, doit les envoyer chez ses parents, à la cam­pagne, et les chan­ger d’école. Un autre, ayant à charge ses vieux parents malades (et pri­vés de pen­sion), demande des amé­na­ge­ments d’horaire pour pou­voir assu­mer un deuxième emploi dans une socié­té pri­vée de gar­dien­nage. Payés dans ce qui n’est désor­mais guère mieux qu’une rou­pie de san­son­net, les retrai­tés fouillent les pou­belles à la recherche de nour­ri­ture — spec­tacle déjà cou­rant aujourd’hui dans les rues des villes, même si un trait d’humour noir veut qu’il se fasse de plus en plus rare, les familles consom­mant désor­mais ce que naguère elles jetaient, voire n’ayant elles-mêmes plus rien à consom­mer, et donc à jeter. Les ministres vivent ter­rés dans leur vil­la trans­for­mée en châ­teau fort, crai­gnant s’ils mettent le nez dehors de se faire insul­ter, agres­ser, ou « enyaour­ter » (ver­sion grecque de l’entartage façon Gloupier).

C’est fina­le­ment les jeunes qui débutent dans la vie, autre­ment dit la géné­ra­tion de la fille du com­mis­saire, qui doivent assu­mer le marasme de la situa­tion, et sont confron­tés au choix : res­ter ou par­tir ? Renouer avec la tra­di­tion grecque de l’exil et de l’émigration, mise entre paren­thèses le temps d’une géné­ra­tion, ou cher­cher à faire revivre la Grèce, en trans­for­mant sans doute cer­taines atti­tudes ? S’intégrer au sys­tème ? Essayer de le chan­ger ? En fonc­tion de quels principes ?

La fille du com­mis­saire, jus­te­ment, qui est avo­cate, a ouvert avec une amie psy­cho­logue un bureau de conseil pour per­sonnes dépen­dantes à la drogue. Leur bureau est éga­le­ment le quar­tier géné­ral d’une radio dif­fu­sée par inter­net, qui s’appelle Radio Espoir. Elle dif­fuse des offres d’emploi tra­di­tion­nelles, mais aus­si et sur­tout des ini­tia­tives de toutes sortes, depuis l’agriculture bio­lo­gique jusqu’au déve­lop­pe­ment de l’énergie renou­ve­lable, en pas­sant par des asiles pour sans-abris et des ini­tia­tives sociales diverses. Elle prend la défense des immi­grés contre les agres­sions des bandes d’extrême droite, et leurs ani­ma­trices prennent des leçons auprès d’un vieux résis­tant sur la façon de se pro­té­ger elles-mêmes des agressions.

C’est dans ce contexte qu’on trouve suc­ces­si­ve­ment trois cadavres assas­si­nés par balle. Un entre­pre­neur du bâti­ment, un pro­fes­seur à la facul­té de droit et un fonc­tion­naire de l’Office des bâti­ments sco­laires, par ailleurs membre des ins­tances diri­geantes de la cen­trale syn­di­cale du per­son­nel des ser­vices publics. Lorsque la police pro­cède aux pre­miers exa­mens, un GSM pla­cé dans une poche des vête­ments du défunt se met à son­ner ; ou plu­tôt, en guise de son­ne­rie, on entend un mes­sage enre­gis­tré, qui repro­duit l’indicatif de la radio des étu­diants qui, en 1973, occu­paient l’École poly­tech­nique d’Athènes, en résis­tance à la dic­ta­ture des colo­nels, et leur slo­gan : « Du pain, de l’instruction, la liber­té ». Le mes­sage ajoute, pour l’entrepreneur : « Du pain, nous n’en avons pas » ; pour le pro­fes­seur : « De l’instruction, nous n’en avons pas » ; pour le fonc­tion­naire syn­di­ca­liste : « La liber­té, nous ne la trou­vons qu’à l’étranger ». Le point com­mun des trois vic­times ? Toutes trois ont par­ti­ci­pé à la résis­tance contre la dic­ta­ture. Mais elles ont su mon­nayer cette par­ti­ci­pa­tion : en se consti­tuant un car­net d’adresses qui lui per­met d’obtenir des mar­chés publics juteux, pour l’entrepreneur ; en se construi­sant une belle car­rière aca­dé­mique, pour le pro­fes­seur ; et pour la troi­sième vic­time, en obte­nant une place éle­vée dans l’administration tout en fai­sant car­rière dans le syn­di­cat. Il appa­rai­tra dans la suite de l’enquête que le pas­sé de résis­tant dont se gar­ga­ri­saient les défunts était moins glo­rieux que l’image qu’ils essayaient d’en don­ner, et qu’en tout cas leur car­rière d’entrepreneur, d’universitaire ou de fonc­tion­naire syn­di­ca­liste était bien étran­gère aux idéaux qu’ils proclamaient.

Tel est le thème du troi­sième volet de la Tri­lo­gie de la crise, de l’écrivain grec Petros Mar­ka­ris, dédié au cinéaste Theo Ange­lo­pou­los, dis­pa­ru en 2012, dont l’auteur avait été un des scé­na­ristes attitrés.

Avec ce der­nier roman, qui se risque donc à une légère anti­ci­pa­tion — on ver­ra si elle se réa­li­se­ra comme l’auteur l’annonce, se clô­ture donc ce que Petros Mar­ka­ris a à nous dire sur la « crise ». Il confirme ce qu’on pou­vait déjà dire sur la base des deux pre­miers, comme d’ailleurs de ses autres romans : contrai­re­ment à ce que l’on pour­rait pen­ser à par­tir de ses tra­duc­tions fran­çaises, Mar­ka­ris n’est pas un auteur de polars ; ce n’est pas non plus un spé­cia­liste de l’analyse poli­tique ; c’est avant tout un moraliste.

Le plus grand éton­ne­ment, en lisant des livres qui s’affirment consa­crés à la « crise », c’est la qua­si-absence de l’Europe. Bien enten­du, on entend par­ler de l’Europe, en par­ti­cu­lier de la Troï­ka, mais à la façon dont on en entend par­ler à la télé­vi­sion. Une force ano­nyme, plu­tôt hos­tile, et dont, en tout cas, per­sonne n’attend des solutions.

Quelques « Euro­péens » tra­versent le champ de vision du lec­teur à tra­vers celui du com­mis­saire Cha­ri­tos, anti­pa­thiques — comme un cadre néer­lan­dais de socié­té de nota­tion, dans le pre­mier roman, inti­tu­lé « cré­dits en souf­franc1 », ou sym­pa­thiques — comme, dans le troi­sième roman, un jeune infor­ma­ti­cien alle­mand tom­bé amou­reux de l’amie psy­cho­logue de la fille du com­mis­saire, qui l’aide à construire la radio inter­net, et dif­fuse même des émis­sions en alle­mand, à des­ti­na­tion du public alle­mand, « pour qu’il com­prenne mieux la Grèce ». Mais le mes­sage com­mun aux trois romans est bel et bien que c’est sur lui-même que le pays doit comp­ter pour s’en sor­tir, notam­ment en retrou­vant le lien avec des valeurs dont l’affairisme des années 1980 et 1990, sym­bo­li­sé par les trois membres assas­si­nés de la « géné­ra­tion de la Poly­tech­nique », l’avait éloigné.

Pour qui connait et aime la Grèce, c’est peut-être l’aspect le plus déso­lant de la crise de confiance qui s’est ins­tal­lée entre ce pays et le reste de l’Europe. « Les Grecs » prennent par­fois des liber­tés avec les règle­ments, depuis le code de la route jusqu’aux règle­ments d’urbanisme, sans oublier la fis­ca­li­té (encore que là, je ne vois pas bien qui pour­rait leur en remon­trer dans ce domaine, à part peut-être, paraît-il, les Sué­dois ; pas les Belges, en tout cas !). Mais ils sont dans l’ensemble, et sur les choses essen­tielles, d’une hon­nê­te­té scru­pu­leuse. Il est pro­fon­dé­ment injuste de les assi­mi­ler à des mafio­sos, ou d’assimiler les petits passe-droits qui per­mettent à une socié­té de fonc­tion­ner à de la cor­rup­tion à grande échelle.

Bref, on ne peut que don­ner rai­son à l’auteur lorsqu’il laisse entendre que le pays, et notam­ment sa jeu­nesse, a de quoi se redres­ser sans attendre l’intervention d’un « deus ex machi­na », comme l’extraction du pétrole qui, paraît-il, git au fond de la mer Egée, ou de l’or que d’aucuns cherchent dans les mon­tagnes (y com­pris celles de « mon » ile, en Eubée).

Ce qui n’empêche que l’Europe aus­si devrait se poser des ques­tions sur la façon dont elle fonc­tionne. Et si l’auteur n’en parle guère dans ses romans, ce n’est pas faute pour lui d’avoir des idées sur la ques­tion. Les inter­views qu’il a don­nées à la presse confirment, s’il en était besoin, que l’Europe, à ses yeux, est mora­le­ment tout aus­si malade que la Grèce.

Il s’agit bien d’une mala­die morale, dans la mesure où aucune ratio­na­li­té éco­no­mique cré­dible ne jus­ti­fie l’austérité dans laquelle se com­plaisent des gou­ver­ne­ments comme ceux des Pays-Bas, ou qu’on impose de façon inique aux pays du Sud. Dans l’un et l’autre cas, il s’agit d’un sen­ti­ment mor­bide, d’essence qua­si reli­gieuse, qui veut la puni­tion, voire la mort du pécheur. C’est à un sen­ti­ment de ce type qu’ont obéi, en tout cas du côté fran­çais et amé­ri­cain, les négo­cia­teurs du trai­té de Ver­sailles, avec les résul­tats que l’on sait. Les éco­no­mistes, affirment-ils, ont com­pris les leçons du pas­sé, et de fait la grande majo­ri­té d’entre eux réprouve la poli­tique actuel­le­ment menée. Si tel est effec­ti­ve­ment le cas, il est urgent d’élargir aux non-éco­no­mistes les recy­clages en histoire. 

  1. Ou Emprunts à la grecque, selon la tra­duc­tion fran­çaise publiée…

Paul Palsterman


Auteur

juriste, secrétaire régional bruxellois de la CSC et président en exercice de Brupartners, le Conseil économique et social bruxellois, paul.palsterman@acv-csc.be