Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Comment je me suis disputée… ma vie professionnelle

Numéro 1 Janvier 2002 - Idées-société par Véronique van der Plancke

janvier 2009

Les dis­cri­mi­na­tions dans la sphère de l’emploi ne déclinent pas :
alté­ra­tion insi­dieuse de la pro­cé­dure de recru­te­ment ou imposition
de condi­tions de tra­vail défa­vo­rables sont subies quotidiennement
par les membres des groupes stig­ma­ti­sés. De nombreux
méca­nismes dis­cri­mi­na­toires se targuent d’une ratio­na­li­té économique
qui en garan­tit — qua­si impu­né­ment — la péren­ni­té. Face à
cette com­pli­ci­té du mar­ché dont “pure­té et per­fec­tion” demeurent
une fic­tion, seule une inter­ven­tion nor­ma­tive repen­sée pourrait
mettre fin aux injus­tices dans le tra­vail : c’est la notion de
mérite qu’il convient d’in­ter­ro­ger. Mais, à l’é­vi­dence, la confiance
dans l’ou­til de trans­for­ma­tion sociale qu’est le droit a ses limites :
le droit “de ne pas être dis­cri­mi­né” ne se réa­li­se­ra en définitive
qu’au tra­vers d’une recon­nais­sance inter­su­biec­tive de la digni­té de
cha­cun, moyen­nant l’in­té­gra­tion d’un sens revi­vi­fié de la solidarité.