Skip to main content
logo
Lancer la vidéo

Identification

Numéro 2 Mars 2024 par Christophe Mincke

mars 2024

« Présentez votre carte de membre du per­son­nel », lui inti­ma la machine. Comme des dizaines d’autres fois sur la journée, il appro­cha la sienne du lec­teur sans contact, avant de la lais­ser retom­ber au bout de la lanière qui la rete­nait à son cou. « Intro­dui­sez votre mot de passe »… Un mot de passe de 12 caractères, […]

Italique

« Présentez votre carte de membre du per­son­nel », lui inti­ma la machine. Comme des dizaines d’autres fois sur la journée, il appro­cha la sienne du lec­teur sans contact, avant de la lais­ser retom­ber au bout de la lanière qui la rete­nait à son cou.

« Intro­dui­sez votre mot de passe »… Un mot de passe de 12 caractères, dont des majus­cules, des chiffres et des caractères dia­cri­tiques, quand on a la main, c’est un automatisme.

« Votre code doit être réactivé ». Rien de plus qu’une connexion sur le site prin­ci­pal, pour confir­mer son code, un jeu d’enfant grâce au téléphone qui ne quit­tait jamais sa poche droite.

« Intro­dui­sez votre mot de passe-maître »… Bon, il fal­lait que ça tombe le « jour de la réactivation », comme ils disaient entre eux…

« L’identification à double fac­teur a été activée, un code vous a été envoyé sur un de vos appa­reils, veuillez l’introduire »… Évidemment ! Il lui fal­lait main­te­nant re- tour­ner à son bureau pour consul­ter son ordi­na­teur por­table. Allons, au fond ça n’a rien de bien compliqué !

En pas­sant son badge pour appe­ler l’ascenseur, il son­geait com­bien ces machines ren­daient la vie plus simple et plus sûre, et com­bien stu­pides étaient ceux qui pes­taient contre elles. Il n’allait pas tom­ber dans ce pan­neau, pas lui ! Quoi de plus facile que de mani­pu­ler quelques cartes et appa­reils, et de rete­nir quelques codes qui ne chan­geaient que tous les 3 mois…

« Accès impos­sible, votre compte doit être réactivé. »

C’est logique, il mon­tait précisément pour réactiver son compte… Il était bon pour se taper 4 étages à pied… Heu­reu­se­ment, l’accès aux esca­liers était réglé par un digicode…

Un simple code de huit chiffres, qui com­man­dait aus­si l’ouverture de la porte de son bureau…

Au fond, de quoi se plai­gnait-il ? N’avait-il pas la chance de tra­vailler à l’université, d’être au ser­vice de la science ? Il n’était doc­teur que depuis trois ans et son ascen­sion avait été ful­gu­rante : il était déjà assis­tant tem­po­raire chargé d’exercices à 23 %, ce n’était pas rien !

Essoufflé, il cher­chait son por­te­feuille dans le tiroir de son bureau. L’ordinateur se déverrouillait grâce à sa carte d’identité électronique et d’un code PIN qui ne chan­geait jamais… Une regret­table brèche de sécurité, à n’en pas dou­ter. La noti­fi­ca­tion était bien arrivée, par­mi les alertes, lui signa­lant que quelqu’un avait essayé de se connec­ter à son espace per­son­nel… Évidemment, il y avait aus­si trois noti­fi­ca­tions Teams (sûrement des demandes de son pro­fes­seur titu­laire), cinq mes­sages sur Moo­dle (encore des étudiants en per­di­tion) et trois What­sApp dans le groupe « Assis­tants aux prises avec l’administration facul­taire »… Il ver­rait plus tard…

Il intro­dui­sit les six chiffres sur son téléphone…

« Délai expiré, sou­hai­tez-vous un nou­veau code ? » Logique, il avait pris un peu de temps, mais quand même !… Oui, bien enten­du, il en vou­lait un nouveau…

Plus que quelques secondes à attendre… Le voilà…

« Iden­ti­fi­ca­tion confirmée, sou­hai­tez-vous réactiver votre code pour les ser­vices externes ? » On y était presque, il n’avait plus qu’à présenter son visage pour le « Face ID »… Voilà…

« Erreur système, veuillez réessayer »… Comme s’il n’avait que ça à faire…

« Erreur système, veuillez réessayer »… Il se sou­vint avec com­pas­sion de Coline, licenciée le mois passé pour avoir jeté son ordi­na­teur et tout son mobi­lier de bureau par sa fenêtre un jour de la réactivation… Il n’aurait jamais ima­giné qu’elle était douée d’une telle force !

« Délai expiré, veuillez recom­men­cer la procédure ».

Le réseau n’est pas très per­for­mant dans cette aile du bâtiment, on est pour­tant en 2023 ! S’il y avait le moindre académique dans son cou­loir qui sent le moi­si, il aurait la fibre à sa porte !

Il ne lui res­tait qu’à aller sur la page « ser­vices externes » de son espace per­son­nel du site de l’université. Où était donc ce fichu onglet « ges­tion des iden­ti­fiants » ? Ah oui, dans la sec­tion « sécurité »… Et voi­là, la demande de réinitialisation était envoyée, il ne res­tait plus qu’à repas­ser par le « Face ID »… Lequel se décida à fonc­tion­ner au pre­mier essai, cette fois ! Allez, il était tiré d’affaire !

Il pou­vait main­te­nant redes­cendre… Ce n’est qu’au bout du cou­loir qu’il se ren­dit compte qu’il avait oublié son badge dans son bureau… Un petit aller-retour en hur­lant sa rage lui per­mis de le récupérer et d’accéder à l’ascenseur… Des badges pour les ascen­seurs, des codes pour les esca­liers, mais qui son­ge­rait à s’introduire dans ce bâtiment glauque où, de toute évidence, il n’y avait rien à voler que des manus­crits de thèses inachevées et des mugs dans les­quels crou­pis­saient des fonds de cafés froids ?

Enfin, il était à nou­veau face à la machine à café… « Présentez votre carte de membre du per­son­nel »… Il lui fal­lait vrai­ment un café… « Intro­dui­sez votre mot de passe »… Sinon il n’aurait jamais l’énergie de préparer le cours de ce soir… « Faites votre choix »… Il le dis­pen­sait gra­tui­te­ment, mais on lui avait fait miroi­ter la pos­si­bi­lité de pen­ser à lui lors d’une vacance d’1/10 de temps plein qui s’ouvrirait peut‑être l’année pro­chaine… Il serait alors à 33 % ! De quoi réduire ses heures au res­to ! « Café en grain épuisé, mer­ci de le signa­ler au ser­vice de ges­tion des dis­tri­bu­teurs »… Bien sûr, on ne lui avait rien pro­mis, et on l’avait prévenu qu’on ne pour­rait pas prendre en compte son doc­to­rat parce que le poste était prévu pour un titu­laire de mas­ter. N’était-ce pas l’année pro­chaine, jus­te­ment, que le filleul du doyen ter­mi­ne­rait son mas­ter ? Il y pen­se­rait un autre jour !

En tour­nant machi­na­le­ment sa tasse aux cou­leurs de son alma mater entre ses mains, il se deman­dait com­bien cou­tait une machine à café, une petite qui ne pren­drait pas trop de place sur le bureau qu’il par­ta­geait avec deux collègues. Pour en ache­ter une en ligne, il fau­drait qu’il active la fonc­tion de paie­ment en ligne de sa carte ban­caire, elle avait été désactivée la semaine passée, quand il avait été vic­time d’un pira­tage de ses iden­ti­fiants… Sou­dain, il se deman­dait si boire du café était un rêve acces­sible pour lui.

Christophe Mincke


Auteur

Christophe Mincke est codirecteur de La Revue nouvelle, directeur du département de criminologie de l’Institut national de criminalistique et de criminologie et professeur à l’Université Saint-Louis à Bruxelles. Il a étudié le droit et la sociologie et s’est intéressé, à titre scientifique, au ministère public, à la médiation pénale et, aujourd’hui, à la mobilité et à ses rapports avec la prison. Au travers de ses travaux récents, il interroge notre rapport collectif au changement et la frénésie de notre époque.